decouvrir › Nos villes et nos villages

Retour à la liste

Rochefort-du-Gard

Présentation

L'antique Roca Fortis, « la roche fortifiée », entre dans l'Histoire avec l'ordre de Charlemagne de construire un oratoire sur sa colline, célébrant ses victoires régionales. Des siècles plus tard, l'administration de ce sanctuaire reviendra aux moines bénédictins de Saint-André de Villeneuve lez Avignon. Aujourd'hui, Notre-Dame de Grâce présente un fort attrait spirituel et patrimonial. On y découvre un remarquable chemin de Croix monumental, une superbe église et la salle des précieux ex-voto. Plus exceptionnel encore, on peut y visiter une salle des échos, véritable curiosité acoustique.

Village attachant avec ses rues pittoresques, le centre de Rochefort-du-Gard est dominé par le Castelas, ancienne église romane du XIIe siècle, remaniée au XVIIe siècle. Ce monument emblématique, entièrement restauré, offre une nef voutée en berceau et un choeur en cul de four. D'importants fragments de fresques laissent entrevoir la richesse du décor originel.

En quittant les hauteurs qui offrent une vue imprenable sur la plaine et ses vignobles aux vins savoureux, le promeneur pourra s'attarder à la fontaine de l'Ange. A quelques pas de là se dresse l'ancienne chapelle Saint-Joseph batie au XVIIIe siècle par Pierre Palejay, notable de la ville. Plus loin, l'église paroissiale Saint-Bardulphe, érigée au XIXe siècle, surprend par sa richesse ornementale.

En plus de ces monuments incontournables de l'histoire du village, tout un petit patrimoine témoigne de la vie quotidienne d'antan : le lavoir du XIXe siècle, le puits de Pousqueiras, les fontaines. Riche en histoire, Rochefort-du-Gard séduira aussi le visiteur par la qualité de son cadre de vie préservé et par sa vitalité.

Légende de saint Bardulphe, patron de la paroisse.

Moine bénédictin devenu abbé du monastère de Bobio en Italie,  la légende raconte qu’il fut chargé de surveiller une vigne pour empêcher les animaux de la dévaster. Survint une trentaine de frères venus construire une clôture. Leur ouvrage terminé il les pria de prendre du repos et de la nourriture.   Tout ce qu’il avait étant un bout de pain, le frère supérieur lui dit de ne pas y songer tant la nourriture était rare. « Le seigneur ma’ donné ce canard » répondit Bardulphe et il partagea le volatile en trente parts. «Tous fuirent rassasiés et ce qui manquait aux provisions, la foi l'ajouta."

 

Newsletter